domingo, 26 de julho de 2015

Pourquoi les sprinters privilégient la technique du bras tendu


Après des années à tenter de reproduire la gestuelle fluide et élégante du Tsar Alexander Popov, double champion olympique des 50 et 100 m nage libre en 1992 et 1996, voilà que les hors-bords des bassins développent désormais une technique du bras tendu pour affoler les chronos.
C’est un fait, les meilleurs sprinters de la planète s’emploient désormais à imiter les pales des moulins à eau. Pas forcément esthétique, mais diablement efficace. Ainsi, et dans le sillage d’un Fred Bousquet qui fut longtemps l’unique dépositaire de cette technique, ils sont dorénavant une majorité à privilégier la puissance des bras tendus aux bras cassés. « Il y a quelques années, on me reconnaissait tout de suite quand je nageais un 50 m alors que désormais, ils me copient tous », s’amuse Bousquet. « J’aurais dû déposer un copyright... Cela m’étonne un peu parce que je n’ai jamais eu une nage académique alors que l’on s’en inspire aujourd’hui, ça me flatte. Il y a quelques années, on me trouvait loufoque et voilà que tout le monde se met à nager bras tendus, c’est bizarre. »


Bizarre, mais pas franchement surprenant à en croire le champion olympique du 50 m, Florent Manaudou : « On peut nager très vite en développant un gros braquet, à condition d’avoir les épaules solides. Mais avec quelques séances de musculation ciblées, c’est jouable. J’ai tardé avant de maîtriser cette technique, et puis c’est venu en finale des Jeux, au bon moment (sourire). »
Une technique que Fred Bousquet a, lui, importé des Etats-Unis, où il s’est longuement entraîné. « C’est un geste que j’ai développé par hasard », confie le tatoué. « Lors de ma première année à l’Université d’Auburn, Dave Marsh m’a demandé de réaliser un sprint bras tendus. Quand j’ai eu fini, il m’a demandé si j’étais en dos ou en crawl. Je suis tellement laxe au niveau des épaules que la différence n’était pas visible. Du coup, il m’a proposé de travailler cette technique. »



« C’est une technique très efficace sur 50 m nage libre », commente de son côté Fabien Gilot. « Je l’avais testé lors des championnats d’Europe de Budapest en 2010, où j’avais raté la qualification sur 100 m. En quelques mois, j’avais réussi à signer 21’’72 pour décrocher une médaille (l’argent dans le sillage de Fred Bousquet, champion d’Europe, ndlr). C’est une nage qui développe beaucoup de puissance et qui demande énormément de travail spécifique. Pour moi, c’est l’Australien Michael Klim qui l’a véritablement lancé. A l’époque, son entraîneur russe, Gennadi Touretski, lui avait soufflé qu’il devait développer sa propre technique et ne plus se contenter d’imiter les autres sprinters, notamment Popov que beaucoup tentaient de copier. Ça peut être efficace sur 100 m, mais à condition de disposer d’un physique puissant. Je pense, par exemple, que cela conviendrait bien à Florent (Manaudou). Tout dépend de la force naturelle que l’on est capable de développer. »
A. C.





O QUE ACONTECE DE NOTÍCIA NO MUNDO DOS ESPORTES AQUÁTICOS VOCÊ LÊ PRIMEIRO AQUI - BLOG FRANCISSWIM 320.000 VISUALIZAÇÕES / MÊS NA WEB

http://www.kickante.com.br/campanhas/blog-francisswim-esportes-aquaticos




















Nenhum comentário: