quinta-feira, 29 de outubro de 2015

57 Maraton Guadalupano 2015










Queridos leitores,
Se o Blog Francisswim Esportes Aquáticos lhes tem sido útil nestes últimos 6 anos, pedimos então que dedique um minuto para mantê-lo conectado com a notícia. Sabemos das dificuldades dessa tarefa e temos consciência que somos uma pequena organização sem fins lucrativos. Já servimos mais de 4 milhões de leitores, porém funcionamos apenas com uma pequena fração do que os outros grandes sites gastam na mídia. O Blog é muito especial e escrito apenas por pessoas com paixão por compartilhar a informação com toda a comunidade aquática. Hoje pedimos que você auxilie o Blog Francisswim Esportes Aquáticos, para proteger a nossa autonomia. Nós sobrevivemos apenas de doações. Começam a partir de R$ 10. Agora é a hora que solicitamos. Se todos lendo isso agora doassem, a nossa arrecadação de fundos terminaria em poucos minutos. Ajude-nos a terminar rapidamente esta campanha, para podermos nos dedicar a melhorar o Blog. Obrigado.
FRANCISMAR SIVIERO


O QUE ACONTECE DE NOTÍCIA NO MUNDO DOS ESPORTES AQUÁTICOS VOCÊ LÊ PRIMEIRO AQUI - BLOG FRANCISSWIM 320.000 VISUALIZAÇÕES / MÊS NA WEB


http://www.kickante.com.br/campanhas/blog-francisswim-esportes-aquaticos






















« La motivation me dévore ! »


A l’occasion du salon Kidexpo de Paris qui se tient jusqu’au 21 octobre Porte de Versailles, nous avons rencontré Frédérick Bousquet, présent pour participer à une séance d’éveil aquatique. Le Marseillais est revenu sur sa blessure qui a marqué sa saison 2014-2015, mais aussi sur l’année olympique à venir. A 34 ans, le vice-champion olympique 2008 avec le relais 4x100 m nage libre nourrit encore de grandes ambitions.
Fred, comment te sens-tu physiquement ?
Bien ! J’ai entièrement récupéré de ma blessure à l’épaule de la saison dernière. Depuis un moment, je ne ressentais plus de douleurs mais je sentais que j’avais perdu en mouvement et en souplesse. Au mois de juillet, pendant le stage à Majorque ça s’est délié et depuis ça va beaucoup mieux. Avec Romain (Barnier, son entraîneur, ndlr) on a pris le temps d’adapter ma technique de nage. J’essaie de l’optimiser au mieux par rapport à mes capacités.
Comment abordes-t-on une telle année ?
Parce que c’est une année olympique, on a tendance à vouloir tout changer pour essayer de trouver la clé idéale. Mais il ne faut pas tomber dans ce piège en changeant drastiquement les méthodes d’entraînement. J’ai l’impression de ne pas avoir réellement coupé dans ma tête depuis la saison dernière. J’ai simplement pris dix jours de repos après les Mondiaux de Kazan où je continuais à m’entraîner entre les séries et les finales. J’ai attaqué assez tôt la condition physique également. Une chose est sûre, la motivation me dévore !
Quel est ton programme jusqu’aux championnats de France de Montpellier ?
Je vais prendre part à de nombreuses compétitions cet hiver. J’en ai cinq au programme. J’ai hâte de commencer. Je voulais vraiment multiplier les affrontements et les prises de repères en cette fin d’année. Mais il faut tout de même que je m’économise un peu pour ne pas me cramer trop vite. Je vais essayer d’utiliser un peu de sagesse. Il faut bien que mon âge me serve ! (rires)

As-tu prévu de t’engager sur le 100 m nage libre à Montpellier ?
J’espérais que le 50 m nage libre tombe en début de semaine pour ensuite pouvoir tenter ma chance sur le 100 m mais ce n’est pas le cas donc c’est une question qui nécessite un peu plus de réflexion. Le 100 m reste dans un coin de ma tête bien évidemment. Mais pourquoi j’y prendrais part ? Pour être dans les six ? Il y en a des biens meilleurs que moi qui peuvent prétendre à cette qualification et qui, j’espère, permettront au relais de conserver le titre olympique.
Tu gardes de bon souvenir dans la piscine Antigone.
Evidemment, j’ai de très bons souvenirs. Tout d’abord parce que j’ai pris part à ma première compétition de haut niveau en 1999 lors des interclubs avec le CN Antibes. L’équipe était composée de grands nageurs comme Lionel Moreau, Franck Esposito ou encore Romain Barnier. Ce sont eux qui ont suscité mon émerveillement pour ce sport. Dix ans plus tard en 2009, j’ai la chance de battre le record du monde du 50 m nage libre et le record d’Europe du 100 m. Forcément ça marque. J’espère vivre de nouveaux grands moments en avril prochain (29 mars – 3 avril 2016)
Comment as-tu accueilli les critères de sélection pour les Jeux Olympiques de Rio ?
Ce sont des temps de qualification qui sont à la hauteur des ambitions et de la valeur que l’équipe de France doit avoir. Tout nageur ne devrait pas forcément se focaliser sur ces chronos mais sur ses capacités. Ce n’est pas en nageant au-delà des 22 secondes sur 50 m nage libre au mois de mars ou avril que l’on peut espérer obtenir une place en finale deux ou trois mois plus tard en sachant qu’il faudra nager au minimum 21’’8. A l’inverse, si un nageur est capable de se hisser au niveau du temps requis (21’’8 sur 50 m nage libre), il pourra prétendre à une place en finale lors de la compétition internationale. Et on le sait tous, si on a une ligne d'eau, on a une chance !
Recueilli par J. C.


A l’occasion du salon Kidexpo de Paris qui se tient jusqu’au 21 octobre Porte de Versailles, nous avons rencontré Frédérick Bousquet, présent pour participer à une séance d’éveil aquatique. Le Marseillais est revenu sur sa blessure qui a marqué sa saison 2014-2015, mais aussi sur l’année olympique à venir. A 34 ans, le vice-champion olympique 2008 avec le relais 4x100 m nage libre nourrit encore de grandes ambitions.
Fred, comment te sens-tu physiquement ?
Bien ! J’ai entièrement récupéré de ma blessure à l’épaule de la saison dernière. Depuis un moment, je ne ressentais plus de douleurs mais je sentais que j’avais perdu en mouvement et en souplesse. Au mois de juillet, pendant le stage à Majorque ça s’est délié et depuis ça va beaucoup mieux. Avec Romain (Barnier, son entraîneur, ndlr) on a pris le temps d’adapter ma technique de nage. J’essaie de l’optimiser au mieux par rapport à mes capacités.
Comment abordes-t-on une telle année ?
Parce que c’est une année olympique, on a tendance à vouloir tout changer pour essayer de trouver la clé idéale. Mais il ne faut pas tomber dans ce piège en changeant drastiquement les méthodes d’entraînement. J’ai l’impression de ne pas avoir réellement coupé dans ma tête depuis la saison dernière. J’ai simplement pris dix jours de repos après les Mondiaux de Kazan où je continuais à m’entraîner entre les séries et les finales. J’ai attaqué assez tôt la condition physique également. Une chose est sûre, la motivation me dévore !
Quel est ton programme jusqu’aux championnats de France de Montpellier ?
Je vais prendre part à de nombreuses compétitions cet hiver. J’en ai cinq au programme. J’ai hâte de commencer. Je voulais vraiment multiplier les affrontements et les prises de repères en cette fin d’année. Mais il faut tout de même que je m’économise un peu pour ne pas me cramer trop vite. Je vais essayer d’utiliser un peu de sagesse. Il faut bien que mon âge me serve ! (rires)

As-tu prévu de t’engager sur le 100 m nage libre à Montpellier ?
J’espérais que le 50 m nage libre tombe en début de semaine pour ensuite pouvoir tenter ma chance sur le 100 m mais ce n’est pas le cas donc c’est une question qui nécessite un peu plus de réflexion. Le 100 m reste dans un coin de ma tête bien évidemment. Mais pourquoi j’y prendrais part ? Pour être dans les six ? Il y en a des biens meilleurs que moi qui peuvent prétendre à cette qualification et qui, j’espère, permettront au relais de conserver le titre olympique.
Tu gardes de bon souvenir dans la piscine Antigone.
Evidemment, j’ai de très bons souvenirs. Tout d’abord parce que j’ai pris part à ma première compétition de haut niveau en 1999 lors des interclubs avec le CN Antibes. L’équipe était composée de grands nageurs comme Lionel Moreau, Franck Esposito ou encore Romain Barnier. Ce sont eux qui ont suscité mon émerveillement pour ce sport. Dix ans plus tard en 2009, j’ai la chance de battre le record du monde du 50 m nage libre et le record d’Europe du 100 m. Forcément ça marque. J’espère vivre de nouveaux grands moments en avril prochain (29 mars – 3 avril 2016)
Comment as-tu accueilli les critères de sélection pour les Jeux Olympiques de Rio ?
Ce sont des temps de qualification qui sont à la hauteur des ambitions et de la valeur que l’équipe de France doit avoir. Tout nageur ne devrait pas forcément se focaliser sur ces chronos mais sur ses capacités. Ce n’est pas en nageant au-delà des 22 secondes sur 50 m nage libre au mois de mars ou avril que l’on peut espérer obtenir une place en finale deux ou trois mois plus tard en sachant qu’il faudra nager au minimum 21’’8. A l’inverse, si un nageur est capable de se hisser au niveau du temps requis (21’’8 sur 50 m nage libre), il pourra prétendre à une place en finale lors de la compétition internationale. Et on le sait tous, si on a une ligne d'eau, on a une chance !
Recueilli par J. C.



Queridos leitores,
Se o Blog Francisswim Esportes Aquáticos lhes tem sido útil nestes últimos 6 anos, pedimos então que dedique um minuto para mantê-lo conectado com a notícia. Sabemos das dificuldades dessa tarefa e temos consciência que somos uma pequena organização sem fins lucrativos. Já servimos mais de 4 milhões de leitores, porém funcionamos apenas com uma pequena fração do que os outros grandes sites gastam na mídia. O Blog é muito especial e escrito apenas por pessoas com paixão por compartilhar a informação com toda a comunidade aquática. Hoje pedimos que você auxilie o Blog Francisswim Esportes Aquáticos, para proteger a nossa autonomia. Nós sobrevivemos apenas de doações. Começam a partir de R$ 10. Agora é a hora que solicitamos. Se todos lendo isso agora doassem, a nossa arrecadação de fundos terminaria em poucos minutos. Ajude-nos a terminar rapidamente esta campanha, para podermos nos dedicar a melhorar o Blog. Obrigado.
FRANCISMAR SIVIERO


O QUE ACONTECE DE NOTÍCIA NO MUNDO DOS ESPORTES AQUÁTICOS VOCÊ LÊ PRIMEIRO AQUI - BLOG FRANCISSWIM 320.000 VISUALIZAÇÕES / MÊS NA WEB


http://www.kickante.com.br/campanhas/blog-francisswim-esportes-aquaticos