domingo, 26 de julho de 2015

Marc-Antoine Olivier « Je vise la gagne »


Du haut de ses 19 ans et avec déjà une expérience aux championnats d’Europe de Berlin l’année dernière, Marc-Antoine Olivier s’apprête à plonger dans les eaux des Mondiaux de Kazan. Une première qui ne l’intimide guère, le garçon est déterminé comme jamais, à l’image du groupe national.
Comment abordes-tu tes premiers championnats du monde ?
Pour l’instant, je ne réalise pas (sourire)… Je pense que j’en prendrais conscience lorsque je serais à Kazan. Pour autant, je ne suis pas inquiet. J’ai réalisé un travail extraordinaire pour réaliser ce que j’entreprends d’accomplir en Russie.
Et que comptes-tu accomplir ?
Je vise la gagne, tout simplement !
A ce propos, tu avais surpris les favoris le 18 avril dernier en remportant le 10 km de l’étape de coupe du monde à Nouméa (Nouvelle-Calédonie). Doit-on s’attendre à pareil scénario ?
Honnêtement, j’aimerais bien (sourire)… On verra comment ça se passe. Ce qui est sûr, en revanche, c’est que je compte bien profiter de l’effet de surprise dont je bénéficie encore. D’autant que depuis les championnats d’Europe de Berlin, où je n’avais disputé que la course par équipe, j’ai emmagasiné beaucoup d’expérience. Ce sera le moment idéal de la mettre en application.

Quels enseignements avais-tu tiré des Euro de Berlin ?
La nécessité d’être professionnel ! Jusqu’alors, en junior, on pouvait se permettre d’être plus détendu, mais au plus haut niveau mondial, rien ne peut être laissé au hasard.
A quelques jours de la compétition, à quoi faut-il veiller ?
Il est impératif de conserver le foncier accumulé en s’assurant parallèlement de récupérer pour arriver frais le jour J. C’est un équilibre précaire, mais à force, on finit par se connaître et à s’habituer.
Et comment se déroule la vie au sein du collectif national ? Prends-tu des conseils auprès des nageurs plus expérimentés que sont Aurélie Muller (vice-championne du monde 2011 du 5 km, ndlr) et Axel Reymond (champion d’Europe 2014 du 25 km, ndlr) ?
Nous sommes proches les uns des autres car ça fait longtemps que l’on se connaît. Pour la petite histoire, il y a trois ans, j’étais aux championnats d’Europe avec David (Aubry) et Axel (Reymond). Avec les années, on a pris l’habitude d’échanger et de partager le fruit de nos expériences. C’est très enrichissant et cela permet de gagner en maturité.
Depuis que l’eau libre a intégré le giron olympique en 2008, la discipline a gagné en médiatisation. En ressens-tu les effets ?
En France, le titre continental d’Axel (Reymond) aux Euro de Berlin et l’organisation de l’étape de coupe du monde à Nouméa (18 avril 2015) ont participé à cette médiatisation, mais il manque encore une médaille internationale pour franchir un dernier palier. Malgré tout, je sens que le regard du public change, comme celui des nageurs d’ailleurs.
C’est-à-dire ?
Lors du dernier Open de France à Vichy (4-5 juillet) plusieurs nageurs de bassin sont venus me questionner sur l’eau libre. Pour moi, c’est le signe que les lignes bougent. Je sens que notre discipline éveille l’intérêt et la curiosité.


A titre personnel, qu’est-ce qui t’a séduit dans cette discipline ?
Il y a tellement de choses, c’est difficile de répondre, mais le décor est sans doute la principale raison. Nouméa, c’était incroyable, à couper le souffle… Et puis j’aime être au contact des autres nageurs, sentir les variations d’allure, mettre en place des stratégies et vivre à chaque fois de nouvelles expériences.
Au-delà des Mondiaux de Kazan, as-tu déjà la tête tournée vers les Jeux de Rio ?
Le premier objectif à Kazan, ce sera sans conteste le 10 km parce que c’est l’épreuve olympique. Alors oui, tous les nageurs songent forcément aux Jeux Olympiques, mais chaque chose en son temps. L’important, c’est d’aborder les épreuves les unes après les autres !
Recueilli par A. C.






O QUE ACONTECE DE NOTÍCIA NO MUNDO DOS ESPORTES AQUÁTICOS VOCÊ LÊ PRIMEIRO AQUI - BLOG FRANCISSWIM 320.000 VISUALIZAÇÕES / MÊS NA WEB

http://www.kickante.com.br/campanhas/blog-francisswim-esportes-aquaticos




















Nenhum comentário: