sábado, 15 de agosto de 2015

Anna Santamans retrouve le sourire FFN


Déçue après des Mondiaux en demi-teinte, Anna Santamans a réalisé deux belles performances aujourd’hui lors de la première journée de la coupe du monde de Chartres. Première du 50 m nage libre en 24’’78, la Niçoise avouait avoir manqué d’influx nerveux en Russie.
T’attendais-tu à nager si vite une semaine seulement après les Mondiaux de Kazan ?
Je ne m’attendais pas à nager aussi vite ce matin. Toute ma course je me suis dit qu’il y avait plein de choses à améliorer. Quand j’ai touché et regardé le tableau, je pensais avoir fait 25’’7 (24’’7 en réalité). Ce soir je ressens un peu plus de déception parce que j’espérais aller encore plus vite mais je me suis un peu crispée, comme souvent dans les finales. Natalie Coughlin est partie super vite et la voir devant ce n’est pas très rassurant mais j’ai tout fait pour la battre et ça a fonctionné.
Est-ce important de partager ces moments avec le public français ?
Devant le public français ça fait vraiment plaisir. Quand je suis entrée dans le bassin, tout le monde a hurlé et je n’y suis pas forcément habituée. C’est sûr que je nage plus vite qu’aux championnats du monde. Je réalise mon meilleur temps ce matin (24’’76) et je m’en approche encore ce soir (24’’78) donc je confirme.

Que t’as t-il manqué aux Mondiaux ?
Aux championnats du monde je pouvais espérer mieux mais les éléments n’étaient vraiment pas avec moi. La nuit qui a précédé ma course a été horrible et dans la tête j’étais peut-être un peu faible parce que ça faisait longtemps que je n’avais pas participé à une compétition de ce niveau là. C’est bien de se remettre en selle sur une coupe du monde avec la concurrence qu’il y a. Je suis peut-être plus en forme maintenant, je me sens bien dans l’eau mais à Kazan aussi j’étais prête physiquement et capable de nager vite. Dans la tête j’ai montré des faiblesses et je n’ai pas honte de l’admettre. C’est ce qui va me permettre de progresser et je compte travailler dessus l’année prochaine pour ne pas me saboter avant une grande compétition. Depuis le début de ma carrière, soit je me blesse, soit je ne dors pas bien et je n’ai jamais fait une compétition complétement reposée et en pleine forme depuis très longtemps.
À Chartres, J. C.
FÉDÉRATION FRANÇAISE DE NATATION

Crédit photo: Stéphane Kempinaire.





comment contribuer à francisswim blog. Cliquez ici
COMO CONTRIBUIR PARA O BLOG FRANCISSWIM. LEIA MAIS AQUI

Nenhum comentário: