domingo, 7 de junho de 2015

VAINCRE SA PEUR DE L’EAU – FÉDÉRATION FRANÇAISE DE NATATION


C’est la grande tendance du moment, le nec plus ultra pour vaincre sa peur de l’eau : participer à des cours d’aquaphobie ! La demande est telle que l’offre explose. Parce que contrairement aux idées reçues, tout le monde ne sait pas nager. Loin de là. Il y a ceux qui n’ont pas appris et les autres, plus nombreux qu’on ne l’imagine, qui ont peur. Retour sur une angoisse de terrien.
L’eau est fascinante. Elle attire autant qu’elle effraie. Et si Le grand bleu de Luc Besson a suscité des vocations, Les dents de la mer de Steven Spielberg en ont refroidi plus d’un. Le noir des abysses, l’immensité des mers et les tempêtes ne font rêver que les plus téméraires d’entre nous. Pour le reste, quitter la plage pour nager jusqu’à la bouée qui flotte à une dizaine de mètres de la rive constitue déjà un sacré exploit.
L’eau est pourtant source de bien-être. Le bruit des vagues est relaxant, les bains de mer régénérant et la piscine déstresse, mais qu’on le veuille ou non, nous sommes des bipèdes. Certes, nous avons passé neuf mois dans le liquide amniotique du ventre de notre mère, mais l’eau n’est pas notre élément naturel. « Il est donc indispensable de l’apprivoiser », observe le psychologue Daniel Zylberberg. Et comme souvent dans ce cas-là, chacun progresse à son rythme, selon son ressenti. « La peur de chacun est unique, comme la volonté. Il n’y a pas de méthode standard pour vaincre ses angoisses », confirment Eric Profit et Patrick Lopez en préambule de leur ouvrage Vaincre la peur de l’eau.
Etrangement, beaucoup d’hydrophobes savent nager. Ils craignent surtout de perdre leurs appuis plantaires. Dans l’eau, contrairement à la position terrienne verticale, on adopte une position horizontale. Tous les contacts avec un élément solide sont perdus, on ressent alors de nouveaux équilibres ou déséquilibres qui peuvent se révéler perturbants. Sans le savoir, vous venez de découvrir le principe d’Archimède : Tout corps plongé dans un fluide subit une poussée verticale, dirigée de bas en haut, égale au poids du fluide déplacé. Autrement dit, Archimède s’est rendu compte qu’il flottait !
Flotter, c’est une chose, mais à condition de prendre le temps d’aborder ce nouvel univers. Il est alors nécessaire de laisser son schéma corporel se réorganiser, adopter de nouveaux repères pour évoluer sereinement dans l’élément aquatique. Pour cela, tous les gestes brusques sont à bannir. « Vous devez travailler à l’instinct, écouter votre corps et les émotions perçues pour découvrir les sensations qui vous permettront de retrouver la confiance », conseillent Profit et Lopez.
« Le rythme est d’une importance capitale : inspiration hors de l’eau et expiration sous l’eau. Si vous inspirez sous l’eau, c’est la tasse assurée, la quinte de toux et surtout le mal-être qui s’en suit », poursuivent les auteurs de Vaincre la peur de l’eau. « Voilà pourquoi il indispensable de travailler ses sensations dans l’eau, et notamment la respiration qui régule les angoisses. »
Indispensable, c’est certain, mais de manière progressive. Pas question de s’immerger dès la première séance. « Le plus dur, ce fut d'apprendre à vaincre ma peur en m'obligeant à mettre mon visage dans l'eau pour souffler dans l'eau », témoigne une hydrophobe sur son blog. « La première fois, je suis restée moins d’une seconde, mais à force de répéter l’exercice, ma crainte de suffoquer s’est s'estompée. »
« La peur de perdre sa respiration est une angoisse archaïque liée à notre naissance », conclut Daniel Zylberberg.« C’est petit à petit que l’on peut la surmonter en se faisant accompagner et en commençant par s’entraîner en petit bassin. » Après tout, un bébé n’apprend pas à marcher du jour au lendemain !
A. C.




 O QUE ACONTECE DE NOTÍCIA NO MUNDO DOS ESPORTES AQUÁTICOS VOCÊ LÊ PRIMEIRO AQUI - BLOG FRANCISSWIM 320.000 VISUALIZAÇÕES / MÊS NA WEB














Nenhum comentário: