sexta-feira, 16 de outubro de 2015

A la découverte du sauvetage sportif


En France, le sauvetage est un sport peu connu mais pas pour autant en déficit de performances. Bien au contraire ! Les Bleus ont ainsi pris la deuxième place lors des championnats d’Europe de la discipline qui se sont tenus au mois d’août au Pays-de-Galles. Entre les épreuves en piscine et celles en mer, ce sport n'a rien d'une cure de jouvence. Qui a dit que les sauveteurs passaient leurs journées à bronzer sur la plage ? Découverte.
Des garçons costauds, le teint halé et un sourire ravageur. Des filles en maillot de bain rouge une pièce courant avec une bouée à la main. Voilà certainement les deux premières images qui nous traversent l’esprit quand on entend parler de sauvetage. Encore plus pour ceux qui ont grandi avec Pamela Anderson et David Hasselhoff dans la peau de ces héros de la plage. Qu’on se le dise, le sauvetage ce n’est pas ça. Ou en tous cas, ce n’est pas que ça. Evidemment, l’été, les sauveteurs de plage ont un cadre de travail plutôt agréable et forcément le teint halé. Mais ceux qui enchaînent les épreuves programmées lors des championnats d’Europe et des championnats du monde, sont soumis à un véritable parcours du combattant. Deux jours d’épreuves en piscine, à tracter des mannequins de 43 kilos et deux jours en mer à jongler entre la course, la natation, le kayak ou encore les épreuves de planches. On vous avait prévenu, cela n’a rien d’une cure de jouvence. Et pourtant, les membres de l’équipe de France y prennent à chaque fois un grand plaisir. Un plaisir partagé par leurs fans qui assistent depuis quelques années maintenant à une razzia de médailles. Deuxième nation européenne aux Euro gallois cet été, les tricolores avaient pris la troisième place des derniers championnats du monde derrière les maîtres absolues de la discipline : la Nouvelle-Zélande et l’Australie. Quand on sait ce que représente le sauvetage sportif dans ces deux pays et la notoriété des athlètes, on comprend vite que la France réalise à chaque fois de véritables exploits pour tenter de rester sur le podium. Il faut dire que les Bleus sont armés pour rivaliser et dispose d’une équipe expérimentée. La plupart des sauveteurs tricolores ont participé à des compétitions nationales, voire internationales en natation course. C’est le cas de Thomas Vilaceca, qui a participé aux Euro de Berlin avec l’équipe de France.

Mais alors pourquoi passer de la natation course au sauvetage sportif ? La réponse est unanime. « Quand on commence à ressentir de la fatigue et a manqué de motivation, il est nécessaire de trouver une échappatoire »explique Jérémy Badré, membre de l’équipe. « Nous avons tous commencé le sauvetage comme ça. C’est ludique et amusant. Certes les séances de natation sont quand même importantes, mais lorsque nous nous entraînons avec les mannequins, les bouées ou encore les palmes, ça nous permet de nous évader et d’être concentrés sur autre chose que les carreaux de la piscine. » Pour Emmanuelle Bescheron, ancienne nageuse au pôle espoirs de Tours, les carreaux de la piscine sont, de plus en plus, qu’un lointain souvenir. En équipe de France, elle prend part aux épreuves côtières. L’eau salée a donc remplacé l’eau chlorée. « S’entraîner dans un tel cadre c’est évidemment incroyable. Quand j’ai arrêté ma carrière de nageuse, je voulais me lancer dans un autre sport et c’est assez naturellement que je me suis tournée vers le sauvetage sportif. » La mer, c’est donc son quotidien. Apprivoiser les vagues, les courants, les conditions climatiques. Et pour en arriver à son niveau actuel, « Manu » a effectué plusieurs stages à l’autre bout du monde. En Australie et en Nouvelle-Zélande, elle a appris aux côtés des meilleurs sauveteurs de la planète. Tout comme la capitaine de l’équipe de France depuis 2012, Flora Manciet. « Ce sont des expériences fantastiques » admet Emmanuelle. « Là-bas, les compétitions sont très suivies. Il y a énormément d’engouement autour de ce sport. J’ai beaucoup progressé à leur contact. Mais pas seulement en sauvetage pur. Vous savez, à bientôt 30 ans, j’ai réalisé mes meilleurs temps sur 50 et 100 m nage libre en bassin, alors que j’ai nagé pendant des années ! » La natation course et le sauvetage sportif seraient donc complémentaires ? « Bien sûr ! » clame Marvin Maisonneuve. « Dans ma préparation en natation course, le sauvetage me sert beaucoup. Pour le 200 m papillon, où la coulée et les relances sont très importantes, les épreuves de 50 m en apnée avec palmes me permettent de travailler mes ondulations. Les épreuves avec obstacles me permettent de travailler les relances également. » Une complémentarité évidente et les mêmes valeurs de partage, de travail et d’abnégation. Soyez-en sur, si certains clichés ont la vie dure, celui des sauveteurs bodybuildés qui se la coulent douce sur leur chaise  haute ne devrait plus faire long feu.
Jonathan Cohen







Queridos leitores,
Se o Blog Francisswim Esportes Aquáticos lhes tem sido útil nestes últimos 6 anos, pedimos então que dedique um minuto para mantê-lo conectado com a notícia. Sabemos das dificuldades dessa tarefa e temos consciência que somos uma pequena organização sem fins lucrativos. Já servimos mais de 4 milhões de leitores, porém funcionamos apenas com uma pequena fração do que os outros grandes sites gastam na mídia. O Blog é muito especial e escrito apenas por pessoas com paixão por compartilhar a informação com toda a comunidade aquática. Hoje pedimos que você auxilie o Blog Francisswim Esportes Aquáticos, para proteger a nossa autonomia. Nós sobrevivemos apenas de doações. Começam a partir de R$ 10. Agora é a hora que solicitamos. Se todos lendo isso agora doassem, a nossa arrecadação de fundos terminaria em poucos minutos. Ajude-nos a terminar rapidamente esta campanha, para podermos nos dedicar a melhorar o Blog. Obrigado.
FRANCISMAR SIVIERO


O QUE ACONTECE DE NOTÍCIA NO MUNDO DOS ESPORTES AQUÁTICOS VOCÊ LÊ PRIMEIRO AQUI - BLOG FRANCISSWIM 320.000 VISUALIZAÇÕES / MÊS NA WEB


http://www.kickante.com.br/campanhas/blog-francisswim-esportes-aquaticos




















Nenhum comentário: